MESSAGE DE RENTREE (5 septembre 2016)

MESSAGE DE RENTREE DU BUREAU DE LA SECTION CGT ESPE

Le 5 septembre 2016

Chères et chers collègues,

nous espérons que vous avez profité d’un bel été de repos et de plaisir. Depuis quelques jours, l’heure est à la rentrée professionnelle, syndicale et sociale et, comme d’habitude, la CGT s’adresse à tous, tout d’abord pour souhaiter à chacun une bonne année universitaire.

En cette rentrée 2016, le parallèle est frappant entre la politique conduite par le gouvernement et le « management » de l’équipe directoriale de l’ESPE : le même mélange de trahison des principes, de cafouillages, de brutalité, de mise en avant d’intérêts personnels et de carrière, de mépris pour les salariés et les étudiants.

AU NIVEAU DE L’ESPE d’AQUITAINE

La gravité de la situation est désormais bien connue. Pour la seconde fois, le CNESER a rejeté du 11 juillet 2016 le dossier d’accréditation tel qu’il est imposé par les présidences universitaires et tel qu’il est relayé docilement par la direction de l’ESPE (15 voix contre, 2 abstentions et seulement 3 voix pour, dont le MEDEF…). Aucune organisation syndicale de salariés n’a voté pour. Le fiasco est total et le principe du remplacement du directeur de l’ESPE est désormais accepté par le Ministère. Mais les dégâts sont là et la ligne suivie demeure inchangée…

Seule l’intervention des personnels, notamment avec l’aide de leurs syndicats, pourrait améliorer les choses. C’est le sens de l’attitude constamment constructive de la CGT, en lien avec l’intersyndicale :

– nous avons proposé un dossier d’accréditation alternatif, écrit par les personnels de toutes catégories, mais il n’a même pas été examiné (on voit ce que devient le piètre dossier de la direction) ;

– nous avons rencontré maintes fois le Recteur, les présidents d’universités, le président de la COMUE et le directeur de l’ESPE pour exprimer nos propositions, mais personne n’a souhaité sauver notre école du déclin dans lequel elle est volontairement précipitée ;

– nous ne cessons de demander à participer à la commission Biatss, afin de réfléchir collectivement aux difficultés professionnelles, aux emplois et aux carrières de chaque agent, mais cela nous est refusé.

Cette année, en lien étroit avec l’intersyndicale et avec les organisations étudiantes (de plus en plus conscientes du sabordage de la formation), la CGT poursuivra son combat pour l’intérêt collectif.

Le prochain congrès de la CGT ESPE aura lieu à la fin du mois de septembre et chacun peut d’ici là nous communiquer ses réflexions sur l’état de notre école et sur les questions de postes, d’emploi et de carrière. Nous vous informons déjà que notre camarade Isabelle Malherbe, suite à la réussite de son concours, a été affectée dans le second degré. Elle est remplacée au poste de co-secrétaire de la section CGT par Nadine Balicki, agent à Pau.

Pour s’informer, se rassembler, se défendre, intervenir, lutter, contactez la CGT :

Courriel : cgt.espeaquitaine@laposte.net

Nos secrétaires de section : n.balicki@laposte.net (Nadine Balicki) et j-f.dupeyron@wanadoo.fr (Jean-François Dupeyron)

SUIVEZ LE SYNDICAT CGT de l’ESPE d’AQUITAINE

http://espe.reference-syndicale.fr/

https://www.facebook.com/cgtespe.daquitaine

Au niveau plus global, la CGT proclame l’état d’urgence sociale !

Après bientôt cinq ans de mandat l’heure du bilan approche pour le président de la République. Même si les attentes étaient très mesurées en 2012, le discrédit du pouvoir en place est aujourd’hui profond tant la politique menée par le président de la République et ses gouvernements a systématiquement tourné le dos aux intérêts des citoyens et a favorisé la montée de l’extrême-droite et de la xénophobie.

Dans l’Éducation nationale les conditions de la rentrée 2016 seront une nouvelle fois difficiles et bien loin de l’élan promis par la prétendue « Refondation de l’école ». De trop nombreux collègues vont continuer d’enseigner dans des classes surchargées et le remplacement va continuer d’être gravement défaillant. L’emploi précaire pendant ce temps a poursuivi sa progression. En fin de mandat, en lieu et place d’une véritable politique salariale, quelques mesures catégorielles ont été prises comme dessous de table en perspective des prochaines échéances électorales, mais le compte n’y est pas. Quant à la formation des enseignants, l’échec de la création des ESPE est patent.

Plus largement, la politique économique et sociale du président de la République et de ses ministres a été marquée par l’acharnement à imposer des mesures dictées par les dogmes du libéralisme : réduction des droits des salariés, allègement des prélèvements sur les entreprises et réduction des dépenses publiques… La loi travail est l’illustration de cette politique conduite avec arrogance par le premier ministre et commandée par les décideurs économiques. Balayant d’un revers de main les mobilisations et les protestations, le 49-3 et la répression des manifestations sont les seules réponses d’un pouvoir d’autant plus vindicatif qu’il se sait durement contesté. La CGT est devenue la cible privilégiée de la répression car elle symbolise la résistance d’un monde du travail qui ne se résigne pas et qui refuse de voir une nouvelle fois ses droits rognés au profit du monde de la finance et de l’actionnariat.

Face à une situation économique toujours plus difficile pour des millions de salariés et de chômeurs, la CGT continue d’organiser la riposte, pour une politique alternative et pour le retrait de la loi travail.

le 15 septembre 2016

journée de grève et de manifestation

 

MESSAGE DE RENTREE DU BUREAU DE LA SECTION CGT ESPE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *