AVIS DE TEMPETE SUR LA FORMATION DES PE

La direction de l’ESPE d’Aquitaine sacrifie le master PE !

école coute cher

Fortes dégradations de la formation des professeurs des écoles en vue pour la rentrée prochaine : la direction de l’ESPE d’Aquitaine finance sa politique de soumission aux exigences du rectorat et des universités sur le dos de la mention 1er degré.

 C’est depuis plusieurs mois connu, le nombre de fonctionnaires stagiaires dans la mention 1er degré du master MEEF va doubler en Aquitaine à la rentrée prochaine. Pourtant à aucun moment la direction de l’ESPE n’a demandé les moyens en personnels enseignants et biatss pour y faire face. Après avoir clamé partout que l’ESPE d’Aquitaine était surdotée, cette direction s’apprête à opérer des coupes sombres qui ne manqueront pas d’avoir des conséquences désastreuses tant pour les personnels que pour les étudiants et fonctionnaires stagiaires de l’ESPE.

La stratégie de la direction est simple et purement comptable pour la rentrée prochaine :

–       –   limiter l’augmentation du nombre de groupes en M2 en constituant des groupes de formation professionnelle à 30 étudiants. Par exemple en Gironde seuls 10 groupes sont envisagés pour accueillir les 284 fonctionnaires stagiaires prévus.

–     –     réduire le nombre de visites, en passant de 4 à 2. Conséquence : il n’y aura plus que des visites évaluatives puisqu’il faudra fournir des notes pour les UE 3-5 et 4-5 du master.

–       –   abaisser de 20% le volume de la maquette en M2.

–     –  diminuer fortement le nombre de groupes de M1 sur l’ESPE (seuls 20 groupes sont prévus contre 27 cette année), baisse totalement irrationnelle au regard de l’appel d’air engendré par l’augmentation prévue du nombre de postes au CRPE en Aquitaine, ce qui s’est notamment traduit par le succès des journées portes ouvertes. En M1 c’est d’une part l’augmentation de la taille des groupes (+ de 30 étudiants par groupe) et d’autre part la tentative paradoxale de décourager les étudiants de s’inscrire à l’ESPE qui est à l’ordre du jour en fermant l’essentiel des groupes sur le site girondin.

–     –  sélectionner et faire payer les étudiants ayant validé le M1 et qui souhaitent préparer le concours à l’ESPE. En instituant un DU, les frais d’inscriptions passeraient de 256 à 700 euros.

Alors qu’à l’échelle nationale, les discours se succèdent, affirmant le rétablissement de la formation des enseignants et la priorité nécessaire à accorder à l’École primaire, sur le terrain aquitain, c’est tout le contraire qui se profile. Les priorités de la direction sont ailleurs :

–          Faire allégeance au rectorat en fournissant des moyens pour une formation continue pour laquelle ce dernier n’engage pas un euro supplémentaire et refuse de libérer les enseignants pour y participer.

–          Faire allégeance aux universités bordelaises et notamment à l’Université de Bordeaux en restreignant le périmètre de l’ESPE (gel de postes, mutations internes et départ en retraite non remplacés, baisse de la dotation budgétaire, fermeture de formations…), en abandonnant la coordination des formations du second degré, ce qui conduira à terme à faire de l’ESPE une simple unité de formation au sein d’une composante de l’Université, mettant fin à l’ambition de la refondation de la formation des enseignants.

Pour la FSU et la CGT c’est inacceptable, nous appelons l’ensemble des personnels, biatss et enseignants, des étudiants, des fonctionnaires stagiaires à se réunir et à débattre au sein de chaque site pour décider des actions appropriées. Pour ce qui nous concerne nous déposerons un préavis de grève pour le jour de la rentrée de septembre.

Non à une formation des enseignants du premier degré dégradée.

Tract FSU CGT ESPE 23 avril 2015

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *